force de l'habitude

(thomas bernhard)

Nouvelle traduction de la comédie' Die Macht der Gewohnheit' de Thomas Bernhard (1974).

Première : aôut 2003, Zomer van Antwerpen, Anvers (BE)
Première française : juillet 2004, Festival Paris Quartier d'été, Paris (FR)
Remake 2010 : 'Force de l'habitude (bis)'

Le texte

L'Autrichien Thomas Bernhard (1931-1989) a écrit le texte dramatique 'Die Macht der Gewohnheit' en 1974, le qualifiant de comédie. Il y brosse le portrait féroce d'un prétendu artiste qui nourrit de grandes ambitions mais est, hélas, dénué de talent. C'est sous la devise ‘Usage rend maître !’ que cette sorte d'artiste se tyrannise lui-même son entourage.
Bernhard a écrit ce texte un an après la mort du célèbre violoncelliste catalan Pablo Casals. La grandeur de Casals est mise en regard de l'inanité de Caribaldi, un directeur de cirque qui, dans sa roulotte de cirque, répète soir après soir avec sa troupe 'Le Quintette de la Truite' de Schubert. Tout comme les truites qui nagent à contre-courant, il veut contre toute attente parvenir à la perfection. Comme toujours, chez Bernhard, la question est de savoir quand il défend passionnément ses personnages, et quand il les ridiculise sans merci.
Waas Gramser et Kris de Trier ont fait une nouvelle traduction à partir du texte allemand original. Avec 'Force de l'habitude', Comp.Marius met pour la première fois en scène, en 2003, un texte de Thomas Bernhard; en 2005 quelques-uns des ‘dramascules’ de sa main sont joués dans le spectacle de collage 'La Petite Interrogation'.

Mise-en-scène

La tribune semi-circulaire en bois de Comp.Marius est montée sur un terrain en friche aux abords de la ville, un endroit désolé sous un pont ou un terrain de fabrique désaffectée. L'aire de jeu est une roulotte de Comp.Marius à demi-sectionnée, dont le plancher en bois s'étend jusqu'à la tribune.
À l'arrivée du public, de la musique de cirque sort à flots de la cuisine illuminée de la roulotte. Le dresseur de lions sert des bières et des limonades biologiques au public, la danseuse fait ses exercices, le comique et le jongleur répètent leur numéro respectif. Le directeur cherche son bloc de résine sous la tribune.
Le public prend place sur la tribune et se trouve ainsi ‘backstage’, dans la roulotte du directeur.
Dans le premier acte, Caribaldi fait des commentaires peu élogieux sur le public et les artistes; dans le deuxième, les artistes vitupèrent le directeur; le troisième acte est consacré à la répétition journalière de 'Le Quintette de la Truite' de Schubert. Le comique joue de la contrebasse, le dresseur de lions est au piano, le jongleur pince les cordes du violon alto, la danseuse joue du violon et le directeur du violoncelle. La répétition tourne au drame, l'art est massacré, la langue mitraille.Le spectacle dure une heure et demie. Il y a une pause de deux minutes pendant laquelle le directeur oblige ses saltimbanques à vendre des glaces. Le bar est ouvert avant et après la représentation.
video
photo

Collaborateurs

Traduction et adaptation : Waas Gramser, Kris Van Trier
Traduction française : Monique Nagielkopf
Traduction anglaise : Nadine Malfait (jamais joué)
Acteurs : Waas Gramser, Kris Van Trier, Yves Degryse, Kyoko Scholiers, Frank Dierens
Costumes : Thijsje Strypens
Décor et technique : Koen Schetske
Coproduction : Comp.Marius en coll. avec Zomer Van Antwerpen 2003

Joué à : Anvers (BE), Paris, Nantes (FR)

Presse

Playlist

juil2004

  • 31  Op locatie - Parijs (F)
  • 30  Op locatie - Parijs (F)
  • 29  Op locatie - Parijs (F)
  • 28  Op locatie - Parijs (F)
  • 27  Op locatie - Parijs (F)
  • 26  Op locatie - Parijs (F)

aug2003