tous ceux qui tombent / spectacle

(samuel beckett)

Nouvelle traduction et mise-en-scène en plein air basé sur le texte 'All That Fall' de Samuel Beckett de 1957.

Première : juin 2008, Oerol Festival, Terschelling (NL)
Première allemande ('Alle, die da fallen') : juin 2009, Festival Theaterformen, Hanovre (DE)

Le texte

'All That Fall' (1957) est un texte marqué par une structure rigide et des mours libertines; un merveilleux échantillon du mélange incomparable d'humour et de pathos propre à Beckett, de sa vision tragicomique, sombre mais sémillante, de son pessimisme perspicace et brutal dans sa simplicité. Samuel Beckett (1904-1989) a écrit ce texte comme un audiodrame pour la BBC, la chaîne radiophonique britannique. C'est avant tout un exercice de style dans lequel Beckett joue sur la gamme polysémique, et notamment des sous-entendus sexuels, du vocabulaire anglais. C'est sans doute d'emblée la raison pour laquelle il n'a pas traduit lui-même la pièce en français, comme ce parfait bilingue l'a fait pour tant d'autres.
Waas Gramser et Kris Van Trier ont fait une nouvelle traduction qui rend justice aux nombreux ‘double entendre’, comme le disent les Anglais pour une allusion grivoise, qui truffent ce texte.
All That Fall n'est pas la première pièce de Beckett à laquelle Comp.Marius s'est attaquée. En 2007, en coproduction avec la compagnie néerlandaise 't Barre Land, ils avaient monté Happy Days et en 2006, leur spectacle-collage La petite interrogation comprenait un fragment de Fin de partie.

Mise-en-scène

Un drame scénique sur la base d'un drame radiophonique - Tous ceux qui tombent se joue en plein air, sur une petite route de campagne qui mène à la gare.
La tribune en quart de cercle de Comp.Marius est tournée vers la route, que longe un segment de voie ferrée de vingt mètres (posé par Comp.Marius).
Une petite gare montée sur la voie porte sur des poteaux indicateurs vers des villages du coin aux noms. évocateurs. L'aire de jeu est séparée de la zone d'accueil du public par une barrière derrière laquelle officie le chef de gare.



Le ton est donné depuis le début. Le public assiste à une course de chevaux où Burning Betsy est poursuivie par Hard Tony et le souffle chaud des étalons balaie la croupe des juments.



Le public prend place sur la tribune. Madame Rooney, une femme de 70 ans, est en route pour aller chercher son mari à la gare. Trois hommes croisent son chemin. Tous ont des difficultés à se mouvoir: madame Rooney à cause de son obésité; le paysan parce que son âne refuse d'avancer: le cycliste a un pneu crevé et l'automobiliste est en panne. L'éternel thème de Beckett: l'impuissance, incarnée par trois véhicules et 100 kg de cellulite. Sur le chemin du retour, madame Rooney, seule avec son mari, change soudain de ton. Le vaudeville fait place à la retenue; les blagues scabreuses se changent en humour noir. Ici, Beckett fait honneur à sa réputation: deux êtres perdus dans un vide immensurable, livrés l'un à l'autre, tournant dans leur vie comme une aiguille sur un disque rayé.

Collaborateurs

Traduction : Waas Gramser, Kris Van Trier
Acteurs : Frank Dierens, Yves Degryse, Waas Gramser, Kyoko Scholiers/Katrin Lohmann, Kris Van Trier
Costumes : Thijsje Strypens
Décor et technique : Koen Schetske, Bram Verhagen
Coproduction : Comp.Marius en coll. avec Oerol 2008

Presse

Playlist

sep2009

aug2009

juil2009

juin2009

juin2008